Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
Le site de la transformation digitale des entreprises et de l’entreprise mobile par GPOMag
L'entreprise mobile

Mobilité en entreprise : les lignes bougent !

Plus qu’un concept, la mobilité des collaborateurs est aujourd’hui une réalité dans la plupart des entreprises. Et pour cause, différents facteurs participent, depuis quelques années maintenant, à son développement et en particulier l’extension du périmètre géographique dans lequel opèrent les entreprises, les évolutions des modes et des comportements de travail ou encore les nouvelles contraintes réglementaires. Néanmoins, la mobilité des collaborateurs ne saurait être efficiente sans l’émergence et l’arrivée à maturité de certaines technologies, en particulier le Cloud et l’Internet mobile.

Aujourd’hui, tout concourt à une redéfinition de l’entreprise vers un modèle qui dépasse les barrières physiques, temporelles et organisationnelles : l’entreprise étendue. En effet, au-delà de son organisation, une entreprise ne peut désormais plus agir isolément sans tenir compte de son écosystème de fournisseurs, partenaires et clients. Il lui faut associer tous ces acteurs à l’élaboration de sa proposition de valeur et, au-delà, à ses applicatifs et processus. Le constructeur automobile doit tenir compte des contraintes de son fournisseur de matières premières. Le professionnel du tourisme doit connaître les attentes précises de ses clients afin de générer des offres. Le vendeur de produits culturels doit intégrer dans son processus de livraison les contraintes du transporteur… « Les entreprises qui auparavant évoluaient localement, s’ouvrent de plus en plus d’un point de vue géographique et tendent à développer de nouveaux marchés à l’échelle nationale voire internationale pour certaines, analyse Gilles Bobichon, directeur de l’activité Notilus et co-fondateur de Dimo Software. L’espace de travail des collaborateurs s’est ainsi ouvert, les incitant à se déplacer davantage et plus loin pour remplir leurs missions ». Une tendance que confirme d’ailleurs le dernier baromètre européen du voyage d’affaires d’American Express Global Travel Management publié en mars 2018, selon lequel le marché a, en 2017, progressé de 3.1 %. Un dynamisme principalement tiré par les entreprises de taille moyenne (+5 %) et par celles de petite taille (+3 %). L’optimisme reste de mise pour 2018, avec une croissance des dépenses estimée à +3,4 %.

Évolution des modes de travail

Au-delà de cet enjeu économique, la mobilité des collaborateurs est également portée par l’évolution des modes de travail dans et hors de l’entreprise. « Il y a quelques années encore, les salariés devaient faire acte de présence sur leur lieu de travail, arriver à 8h00 et repartir à 18h00, souligne François Piot, président de L’Observatoire du véhicule d’entreprise (OVE). Aujourd’hui, les entreprises raisonnent davantage en termes de résultats, ouvrant ainsi la voie au travail à distance ou en mobilité. D’autant que, face au développement des prix de l’immobilier, la mutualisation des espaces de travail et le travail à distance représentent également des leviers non négligeables d’optimisation des coûts pour les entreprises ». Par ailleurs, l’augmentation du nombre de véhicules sur les routes et les mesures de restrictions sur certains trajets, telle la fermeture des voies sur berges à Paris, ont ces dernières années contribué à l’allongement des temps de trajet. Selon une étude de la DARES, ils ont, entre 1998 et 2015, augmenté de 10 minutes en moyenne (pour 50 minutes de trajet). Un phénomène accentué par le transfert des résidences principales hors des centres villes ou encore par des investissements de l’État dans les transports en commun insuffisants ou inappropriés par rapport aux besoins des travailleurs.

Face à ce contexte, le télétravail tend ainsi à se développer dans les entreprises. D’ailleurs, il fait désormais partie des droits du salarié. D’après le cabinent Kronos, 16,7 % des Français télétravaillent plus d’une journée par semaine. Selon une étude menée par Randstad, en 2016, 48 % des entreprises du CAC 40 avaient déjà recours à cette pratique. Aujourd’hui, d’autres tendances émergent grâce au télétravail, comme les « digital nomads » ou les espaces de « coworking » qui se multiplient à grande vitesse. Ainsi, selon le cabinet d’immobilier Arthur Lloyd, en seulement deux ans, les espaces de coworking ont bondi de 167 %, rien que sur la région parisienne. Ils ont été multipliés par 9 en Ile-de-France entre 2012 et 2017, passant de 20 % à 177 %. Une croissance impressionnante qui s’explique notamment par l’engouement des start-up et des freelances pour les nouvelles formes de travail, plus collaboratives : seulement 7 % des digital natives (18-30 ans) se verraient ainsi aujourd’hui travailler dans un bureau classique.

Autre tendance, les traditionnels codes du bureau tendent à reprendre les codes de la réservation en ligne, favorisant notamment l’essor du Desk Sharing. « Aujourd’hui, il existe en effet des solutions spécifiques permettant d’avoir, à distance, une visibilité très rapide des espaces occupés et de ceux qui sont libres ainsi qu’une localisation des bureaux déjà réservés », fait remarquer Charles Khondji, président d’AddenDa Software qui propose un logiciel à cet effet.

Le rôle attendu de l'entreprise en matière de mobilité

Avatar

Anne Del Pozo collabore depuis près de 20 ans à différents magazines en qualité de journaliste. Elle y traite de sujets articulés essentiellement autour de la finance, des flottes automobiles, du voyage et du tourisme d'affaires ou encore des ressources humaines et du numérique. Anne del Pozo participe également à la rédaction de nombreux témoignages clients et de newsletters d'entreprise.