Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
Le site de la transformation digitale des entreprises et de l’entreprise mobile par GPOMag
La transformation digitale

Quelles compétences clés pour la transformation digitale ?

Les collaborateurs concernés par les projets de transformation ont besoin de faits concrets, d’un management dédié et d’un accompagnement au changement important. C’est la raison pour laquelle une stratégie formalisée, un travail collaboratif entre les équipes internes et les experts externes ainsi qu’un leadership identifié sont des éléments décisifs à la réussite de ces projets. Chacun joue alors un rôle différent. Passons en revue les compétences mobilisées.

La direction générale impulse le projet

Dans les PME, les projets de transformation digitale sont souvent impulsés par les directions générales. Elles en deviennent alors le sponsor mais en confient souvent le pilotage soit à la DSI, lorsqu’elles en ont une, soit, dans les grandes entreprises, au Chief Digital Officer, soit encore à une direction métier telle que la DAF. « La direction financière est souvent le chef d’orches- tre et leader de ces projets lorsqu’ils portent, par exemple, sur la dématérialisation des factures », explique Morgane Quéran, responsable marketing et communication Clear’ Invoice chez Accelya.
Quelle que soit la direction à la tête du projet, il lui incombe la responsabilité de nommer en interne le chef de projet qui en sera alors le maître d’œuvre.

Le chef de projet, trait d’union entre l’interne et l’externe

Le chef de projet assure en effet le lien entre les équipes et compétences internes qu’il jugera nécessaire de mobiliser, et les prestataires externes. Il pourra ainsi impliquer en interne différents services tels que le service informatique, les services juridique, communication, marketing, financier, etc.
Et en externe, les sociétés de conseils, les fournisseurs de solutions technologiques, les hébergeurs, etc.). « Il concentre l’ensemble des demandes et sera présent à toutes les étapes du projet, notamment durant les tests », indique Olivier Rajzman, directeur commercial France de DocuWare.

Le rôle et la place des  prestataires externes

Autres compétences nécessaires : en matière de construction, de choix des solutions et de déploiement du projet, le recours à des prestataires externes, que ce soient des sociétés de conseils pour la partie audit ou des fournisseurs et intégrateurs pour la partie déploiement, est souvent un facteur clé de réussite. « Les prestataires externes apportent un savoir-faire ou une connaissance, non pas pour rédiger le cahier des charges, mais plutôt pour comprendre où sont les opportunités qui y sont afférentes, indique Vincent Bouthors, PDG de Jalios. Ils vont susciter la réflexion des différentes parties prenantes au projet, notamment lors des phases pilotes ». Ils accompagneront également l’entre- prise dans ses choix, les phases de tests et le déploiement des solutions, en lien avec le chef de projet. « Nous aidons les entreprises dans le choix des solutions et de leur mode d’acquisition et de détention des solutions (internalisée, externalisée ou mixte), précise à ce sujet Arnaud Blanchard, directeur commercial et marketing Europe d’Everial.
Enfin, ces prestataires interviennent dans la conduite du changement, en soutien des communicants de l’entreprise (équipes communication et marketing) et des formateurs. « Ils ont notamment pour vocation de former les utilisateurs sur les outils qu’ils mettent en place et d’assurer l’assistance à leur prise en main, souligne Olivier Rajzman. Ils sont à ce titre le référent technique ».

Le manager, ambassadeur du projet

Une fois le projet mis en place, ce sont généralement les managers qui en assureront l’application et veilleront au bon usage des solutions et process déployés. Les compétences d’un manager vont permettre une application concrète des nouvelles pratiques induites par la transformation digitale. « À lui par exemple de dire à ses collaborateurs que désormais, il ne lira plus leurs mails mais uniquement les documents circulant sur la plate-forme collaborative, explique Vincent Bouthors. Nous ne lui demandons alors plus d’avoir des idées mais plutôt de les faire aboutir et d’animer, via ces nouveaux outils, le travail collaboratif des équipes ».

Communicants et formateurs diffusent la culture digitale

Hommes clés de la conduite du changement, les équipes de communication et les formateurs s’assurent de la bonne compréhension du projet par les utilisateurs et de leur formation aux nouveaux outils mis en place. Les compétences sont évidemment précieuses. « Les communicants et formateurs ont notamment pour vocation de s’assurer que tous les collaborateurs de l’entreprise comprennent bien l’impact du digital sur leur marché, explique Marie Ducastel, présidente d’Abilways Digital. Cette vision est en effet capitale pour emmener les collaborateurs dans le projet ».
Souvent, la DHR est la tête de pont de cette équipe. Elle a alors pour challenge d’avoir une vision d’ensemble pour mener cette évolution le plus efficacement possible, d’autant que, dans la plupart des cas, il s’agit souvent d’un changement culturel et organisationnel plus que technologique.
Un head management clairement identifié, couplé à des politiques de recrutement, de formation et une stratégie définie sont ainsi des éléments décisifs pour la réussite d’un virage digital au sein des entreprises.

 

 

Avatar

Anne Del Pozo collabore depuis près de 20 ans à différents magazines en qualité de journaliste. Elle y traite de sujets articulés essentiellement autour de la finance, des flottes automobiles, du voyage et du tourisme d'affaires ou encore des ressources humaines et du numérique. Anne del Pozo participe également à la rédaction de nombreux témoignages clients et de newsletters d'entreprise.