Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
Le site de la transformation digitale des entreprises et de l’entreprise mobile par GPOMag
Mobilité

Une révolution dans les soins intensifs néonatals

Le service de soins intensifs néonatals du Kuopio University Hospital (KUH) expérimente avec Ascom une nouvelle prestation de services centrée sur la famille qui améliore la prise en charge, renforce le lien parental et réduit la durée du séjour.

 L’environnement extérieur du nouveau complexe “ Kaari ” du Kuopio University Hospital (KUH) a de quoi laisser sans voix. Mais ce qui est véritablement inspirant, c’est qui se passe à l’intérieur des murs de cet établissement de 5 étages et de 32 000 m2. C’est en effet ici, au coeur des lacs et des forêts de pins du centre de la Finlande que l’unité de soins intensifs néonatals expérimente une approche de soins inédite, centrée sur la famille. Visant à garder les enfants et leur famille ensemble au sein de “ chambres familiales ”, cette nouvelle approche a permis d’améliorer de manière radicale la prise en charge des enfants et des nourrissons.

Le concept intègre véritablement une technologie très avancée ”, souligne Mila Hilden, infirmière en chef tout en s’affairant du côté des moniteurs et des incubateurs de l’unité de soins de néonatalogie. “ Mais en fait, ce que nous faisons ici est très simple : nous développons pour les bébés et leurs parents un environnement serein et protecteur proche de celui de la maison dans lequel ils peuvent passer autant de temps que nécessaire. ”

Créer un tel environnement est une tâche ardue. Mais les bénéfices en valent la peine. “ Un enfant gardé auprès de ses parents dans la même chambre présente des résultats thérapeutiques remarquables ”, se réjouit Hilden. Les niveaux d’infection sont plus bas qu’au sein de groupes conventionnels, l’allaitement maternel obtient de plus forts taux de réussite et la durée de séjour est écourtée avant le transfert en parties communes ou bien vers une sortie définitive. De plus, cela aide vraiment les parents à créer un lien affectif avec leurs enfants. ” La planification de la nouvelle unité de soins intensifs a véritablement débuté en 2008. Impliqué dans le projet en 2014, Ascom, malgré cette entrée tardive, a rapidement compris les besoins du service néonatal et parlé le même langage. “ Les compétences techniques d’Ascom et ses performances sur le marché ont bien sûr été déterminantes ” ajoute Hilden. “ Mais tout aussi importante fut son expertise du milieu de la santé – comme par exemple le fait d’employer des personnes dotées de solides expérience médicales et qui comprennent donc parfaitement l’environnement de travail du personnel soignant. ” Dès le début du projet, les nouveaux incubateurs de l’unité ont été dotés de systèmes de surveillance sophistiqués pour fournir des alarmes à chaque fois que les niveaux critiques avaient été atteints ou dépassés. L’équipe a également été confrontée à une problématique majeure en matière de gestion des alertes patient. Hilden explique : “ D’un côté, il était évidemment impossible qu’une seule infirmière puisse surveiller une chambre continuellement. De l’autre, l’unité de soins devait rester calme, les nouveau-nés étant extrêmement sensibles aux perturbations sonores. Même de légers fonds sonores peuvent avoir un impact sur les nouveau-nés, et tout particulièrement sur les prématurés. La nécessité d’un environnement faiblement perturbé excluait des systèmes traditionnels dotés d’une gestion d’alertes audiovisuelles et non filtrées. ”

En effet, il a rapidement été évident pour l’équipe projet que l’approche de la chambre familiale ne serait pas possible sans un système secondaire de notification d’alarmes favorisant la mobilité du personnel infirmier. “ Plus nous examinions les enjeux, ” ajoute Hilden, “ plus il nous semblait évident qu’une solution de mobilité fiable avec des alertes filtrées serait la clé de voûte indispensable au projet. Il nous a également paru évident qu’Ascom était le seul vendeur capable de nous fournir une telle solution.

Un rééquilibrage en douceur

 Dotée des Smartphones Ascom Myco, du système d’appel infirmières Ascom Innova et de la solution de notification des alarmes Ascom Unite, la nouvelle unité de soins intensifs néonatals du centre hospitalier KUH — a inauguré ses locaux en mai 2015.

Les dix-huit chambres familiales ont rapidement été occupées par des prématurés et des enfants de moins d’un an récupérant de maladies graves et d’opérations chirurgicales.

Les infirmières du service de soins intensifs néonatals ont d’abord demandé à ce que la nouvelle solution Ascom soit configurée avec presque toutes les alertes non filtrées jusqu’à leurs smartphones Ascom Myco. “ Nous sommes des soignants, ” explique Hilden, “ Nous voulions tout naturellement avoir le maximum d’informations sur chaque patient sous notre responsabilité. De plus, nous étions convaincus que les alertes non Filtrées nous aideraient à faire preuve de plus de proactivité en identifiant des demandesd’assistance pour un enfant.

Mais les alertes non filtrées se sont avérées aussi mauvaises que de ne pas avoir d’alertes du tout. “ L’équipe Ascom nous avait prévenu, ” renchérit Hilden. “ Ils nous ont dit que nos infirmières pouvaient être dépassées par une fréquence élevée d’alertes. Et ils avaient raison. Chaque infirmière en activité a rapidement reçu des centaines d’alertes durant son tour de garde. Nous avons vite été débordées ! ” Autre inconvénient des alarmes non filtrées : la fatigue et le stress organisationnel. Ce sérieux phénomène se produit quand les équipes de soins deviennent désensibilisées par l’exposition excessive à des alertes et des alarmes. Les alertes se superposent au fond sonore ambiant et les équipes peuvent ne pas entendre ou ne pas notifier une alarme. Dans certains cas extrêmes, le personnel a même désactivé les moniteurs et les systèmes d’alarmes pour échapper aux perturbations sonores incessantes.

Bien sûr Ascom a rapidement adressé cet enjeu et calibré la solution. Hilden a souligné que l’expérience a été révélatrice. “ Cela a démontré que la solution pouvait en effet communiquer des alertes de manière sécurisée basées sur un riche éventail de paramètres et de données physiologiques. Et que nous pouvions rapidement adapter le système à nos besoins précis. ”

 Pas d’enfant délaissé

 Selon Mme Hilden, la solution adoptée par le service de soins intensifs néonatals intègre Ascom “ Unite Assign ”, l’application flexible de gestion d’événements et d’assignation des équipes. Il peut également servir à définir des missions et des notifications d’alerte. Si personne n’est affecté, ou si personne ne répond dans les temps, l’alerte est diffusée à tous. Cela permet de s’assurer qu’aucune alerte ne reste sans réponse, c’est un aspect particulièrement apprécié par le personnel de l’unité de soins intensifs néonatals.

La tranquillité d’esprit est la clé de voûte de notre profession, ” confirme Hilden. “ Une infirmière ne peut pas assumer correctement ses fonctions si elle s’inquiète en permanence qu’un patient, quelque part et d’une façon ou une autre, ait échappé au système et que les alertes ne seront pas correctement appréhendées. La solution Ascom aide à éliminer de telles inquiétudes. Nous savons que chaque alerte sera échelonnée suivant une chaine d’infirmières assignées. Et nous savons aussi que la solution diffuseraautomatiquement une alerte à toute l’équipe n’ayant pas répondu durant le délai imparti. Même si ceci semble relever du détail technique – toutes les infirmières vous le diront – une telle connaissance est inestimable et nous aide réellement à nous concentrer sur une meilleure prise en charge de nos patients. ”

Avatar

En charge de la modération de tous les billets, la Rédaction de GPOMag choisit les billets les plus pertinents pour vous les faire partager.