Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
Le site de la transformation digitale des entreprises et de l’entreprise mobile par GPOMag
Les directions financières accélèrent les rentrées de cash
Finance

Les directions financières accélèrent les rentrées de cash

Le pilotage de la performance est également indissociable de la gestion du cash, autre préoccupation majeure de la direction financière.

« Au regard du contexte actuel, les directions financières vont ainsi garder un oeil attentif sur la gestion du cash, précise Frédéric Berthoud, dirigeant de Lhotse Conseil, spécialisé dans l’optimisation de la chaîne clients et du processus Order-to-Cash. L’enjeu pour elles consiste à anticiper la situation financière de l’entreprise, à suivre scrupuleusement les délais de paiement et les comportements de paiement de leurs clients, par exemple avec des solutions de gestion du recouvrement de créances, à veiller à la rotation des stocks pour celles qui en ont et à assurer la rentabilité des ventes. Plus que jamais, la gestion et la prévision de trésorerie ainsi que les encaissements clients doivent faire l’objet d’une communication et d’un suivi minutieux pour maîtriser les risques ».

L’objectif de cette démarche consiste, in fine, à accélérer les rentrées de cash, de manière à préserver ou à améliorer la trésorerie et financer le besoin en fonds de roulement.

« L’accélération des rentrées de cash est d’autant plus importante en période de crise, car elle participe également à la prévention du risque contre les impayés ou les retards de paiement, précise Valérie Konarsky, directrice activité Processus financiers de DIMO Software, éditeur et intégrateur de solutions de gestion. Pour y parvenir, la diffusion de la culture du cash dans l’entreprise est indispensable. Elle permet d’embarquer toutes les parties prenantes qui participent à la chaîne Order-to- Cash : des commerciaux aux comptables, en passant par l’administration des ventes ou encore les chargés de recouvrement. La collaborativité entre les équipes est, dans le cadre de cette démarche, indispensable, de même que la proximité client ».

La diffusion de la culture du cash reste donc un enjeu fort pour la finance. Elle passe notamment par la mise en place d’objectifs cash pour les équipes de management, et par la sensibilisation des opérationnels au sujet du cash. Parallèlement, le recours à des outils intégrant des nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle apparaît également comme un levier important pour renforcer la fiabilité des prévisions, assurer une gestion plus fine et efficiente du cash, identifier les besoins de prévisions court, moyen et long terme, et adapter le pilotage de la trésorerie à la situation économique actuelle et à venir.

Financer le besoin en fonds de roulement

En période de développement ou de reprise d’activité également, l’accélération des rentrées de cash est prioritaire pour les directions financières.

« Après deux mois d’arrêt d’activité lié à la récente période de confinement, les entreprises ont besoin de cash pour financer l’augmentation de leur besoin en fonds de roulement liée à la reprise de leur activité », explique Ludovic Sarda, président de Pytheas Capital Advisors, Fintech proposant des solutions de financement alternatives aux financements classiques.

Alors même que les délais de paiement clients tendent actuellement à s’allonger au regard du contexte économique, elles plébiscitent naturellement leurs partenaires bancaires pour obtenir des financements court terme. Cependant, le recours au marché financier traditionnel s’est, au regard de la crise, complexifié. Les banques, déjà fortement plébiscitées dans le cadre du dispositif de prêt garanti par l’État (PGE), incitent actuellement les entreprises à se tourner vers leur filiale d’affacturage pour obtenir des financements court terme via la cession de créances.

« L’accès au financement court terme classique, et en particulier à l’affacturage, reste néanmoins adossé à de l’assurance-crédit, souligne Ludovic Sarda. Or, au regard de l’incertitude actuelle liée à la crise du Covid-19, les assureurs-crédit tendent à limiter le niveau des encours qu’ils garantissent. Dans ce contexte, les entreprises vont devoir réinventer leur écosystème clients/fournisseurs pour gagner en transparence et accélérer les rentrées de cash ».

Elles peuvent par exemple se tourner vers des solutions de financement alternatives telles que l’affacturage inversé collaboratif ou encore le crowdfunding, le crowdlending, etc.

Avatar

Anne Del Pozo collabore depuis près de 20 ans à différents magazines en qualité de journaliste. Elle y traite de sujets articulés essentiellement autour de la finance, des flottes automobiles, du voyage et du tourisme d'affaires ou encore des ressources humaines et du numérique. Anne del Pozo participe également à la rédaction de nombreux témoignages clients et de newsletters d'entreprise.