Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
Le site de la transformation digitale des entreprises et de l’entreprise mobile par GPOMag
directions financières
Finance

Quels sont les défis des directions financières ?

Alors que le contexte économique pourrait bien se tendre dans les mois qui viennent, les directions financières vont devoir relever de nombreux défis.

Si le pilotage de la performance demeure l’une de leurs priorités, il leur faudra également plus que jamais renforcer leur vigilance face aux différents risques auxquels leur fonction, mais également leur entreprise, sont et seront exposées, tout en veillant à la pérennité financière de leur organisation.

Plus que jamais, les directions financières vont ainsi devoir faire preuve d’anticipation et d’adaptation.

La crise sanitaire et économique actuelle ne doit pas détourner les directions financières et leurs équipes de leurs priorités, bien au contraire. Ce contexte de crise et de risques exacerbé (les défaillances d’entreprises pourraient augmenter en France de 21 % entre 2020 et 2021, selon Coface) va renforcer leur volonté de gagner en productivité pour mieux maîtriser les coûts d’une part, mais aussi celle d’optimiser la gestion de leur trésorerie en accélérant les rentrées de cash et en améliorant la gestion du risque clients et fournisseurs, d’autre part.

Parallèlement à ces défis particulièrement importants à relever en période économique tendue, le pilotage de la performance demeure également un chantier prioritaire pour les directions financières dans les années à venir. Et pour cause, depuis plusieurs années déjà, la direction financière s’affirme comme un partenaire stratégique du business de l’entreprise.

Au-delà de sa fonction transactionnelle, ses analyses contribuent directement aux prises de décisions de la direction. Cette double mission fait d’elle le garant de l’équilibre financier et des développements futurs, sachant anticiper les résultats, les dépenses et les risques, et devenant le promoteur de la transformation digitale.

Le pilotage de la performance au coeur du métier du responsable financier

Dans un environnement toujours plus complexe et incertain, le pilotage de la performance reste au coeur du métier du responsable financier ou du DAF, et l’amélioration de cette démarche un défi permanent. Son objectif est ainsi d’assurer la bonne conduite de l’entreprise et d’accompagner le développement de son activité.

D’ailleurs, proposer des reportings rapides et précis, et apporter des analyses aussi claires que pertinentes pour anticiper les réactions et faciliter la prise de décision, représente la première priorité de 75 % des responsables financiers interrogés dans le cadre de l’étude PwC sur les priorités 2020 des directeurs financiers. 53 % d’entre eux souhaitent également raccourcir les délais de leurs reportings, et 62 % veulent optimiser les processus prévisionnels de leur direction pour 2020 (contre respectivement 70 % et 58 % en 2019).

Une tendance qui s’est d’ailleurs renforcée pendant la durée de confinement, les entreprises ayant besoin de visibilité à très court terme sur leur activité et sur l’état de leur trésorerie. Aujourd’hui, les prévisions budgétaires ne s’établissent plus de manière mensuelle ou trimestrielle mais plutôt hebdomadaire.

Pour anticiper et faciliter la prise de décision, les indicateurs de performance sont indispensables et doivent apporter du concret. Ce qui signifie pour la fonction finance de s’appuyer sur des données pertinentes, de qualité et qui ont du sens, et d’obtenir des analyses de rentabilité précises, rapides, et flexibles.

Dans les périodes de transformations profondes et accélérées, il est également nécessaire que les systèmes d’information gagnent en agilité et en souplesse pour équilibrer les coûts et fiabiliser les données. Les entreprises ont à cet effet besoin de systèmes ouverts, permettant d’accueillir des données extra-financières, voire externes.

Les directions financières renforcent la maîtrise des risques

Cette année, les entreprises vont par ailleurs être davantage exposées aux risques, notamment de solvabilité de leurs partenaires commerciaux. Dès la fin 2020, les défaillances d’entreprises pourraient augmenter considérablement et dépasser la barre des 20 % selon les principaux assureurs-crédit du marché.

Conscientes de ce contexte, les directions financières ont la volonté d’allouer davantage de temps à la compréhension et à la maîtrise de leur exposition aux risques : identification des facteurs de risques, consolidation des risques, mise en oeuvre de stratégies de couverture des risques, gestion des risques en étroite collaboration avec les autres départements, dont les opérationnels terrains.

Et pour cause, la nature des risques se complexifie. Outre les risques de solvabilité des clients et fournisseurs, elles sont également confrontées à des risques cyber, de fraude, de conformité réglementaire, géopolitiques ou encore environnementaux ou sociétaux.

« La crise sanitaire liée au Covid-19 a également mis en exergue l’impact économique que peut provoquer une pandémie, explique Bertrand Laffay, directeur général d’Infolegale, producteur d’informations légales capitalistiques et financières sur les entreprises et leurs dirigeants. Un risque jusqu’alors peu appréhendé par les entreprises. Le contexte actuel de crise exacerbe ainsi la nécessité de disposer d’outils de pilotage pour anticiper et appréhender au mieux de nouvelles typologies de risques ». Ainsi apparaissent sur le marché des scores de résilience Covid-19 d’entreprises, proposés par certaines sociétés d’informations sur les entreprises.

Certes, les grandes entreprises ont déjà massivement investi sur la maîtrise des risques : 44 % des organisations ont ainsi mis en place une équipe dédiée et structurée (Source PwC). En revanche, les PME, souvent plus vulnérables, semblent plus démunies. Paradoxalement, alors que les entreprises sont de plus en plus exposées, elles ne sont toujours pas pleinement armées pour y faire face.

Avatar

Anne Del Pozo collabore depuis près de 20 ans à différents magazines en qualité de journaliste. Elle y traite de sujets articulés essentiellement autour de la finance, des flottes automobiles, du voyage et du tourisme d'affaires ou encore des ressources humaines et du numérique. Anne del Pozo participe également à la rédaction de nombreux témoignages clients et de newsletters d'entreprise.