Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
Le site de la transformation digitale des entreprises et de l’entreprise mobile par GPOMag
Finance

L’IA, les Data Sciences et l’Analytics renforcent la maîtrise des risques

Les nouvelles technologies servent à l’amélioration et au renforcement de la maîtrise des risques et en particulier des risques clients et fournisseurs, des risques de conformité et des risques de fraude. Un quart des défaillances d’entreprises sont dues en effet aux retards de paiement.

Un quart des défaillances d’entreprises sont dues en effet aux retards de paiement. Pour mieux prévenir et anticiper ces risques, les équipes de Credit Management ou les directions financières peuvent notamment s’appuyer sur les analyses des sociétés d’informations financières telles que Altares, Ellisphere ou Infolegale.

« Nous avons pour vocation, au travers du Portail Infolegale, de donner accès à la consultation et à l’analyse d’informations à haute valeur ajoutée sur les entreprises et leurs dirigeants », précise Bertrand Laffay, directeur général d’Infolegale, société de renseignement BtoB, acteur de référence dans l’information commerciale.

La démarche consiste alors pour ces prestataires, mais aussi pour les Credit managers, à traduire la masse d’informations dont ils disposent en données stratégiques. Le recours à l’intelligence artificielle, à la data science et à l’analytics, apparaît alors comme stratégique. Par exemple, le datamining descriptif s’intéresse aux masses de données brutes afin de les traiter et de faire ressortir des indicateurs pertinents selon son activité. Le datamining prédictif, quant à lui, s’appuie sur des algorithmes d’analyses variés, afin de réaliser différents objectifs : visualiser, anticiper, ajuster.

« Ces technologies permettent d’améliorer la prédictibilité des risques mais ne suffisent généralement pas à elles seules, poursuit Bertrand Laffay. L’intelligence artificielle n’est ainsi qu’une composante de notre score de prédiction des risques de défaillances qui s’appuie également sur une expertise statistique, ainsi que sur une dimension empirique d’analyses des événements impactant la vie des entreprises. Cette approche permet d’offrir aux utilisateurs la meilleure prédictibilité des risques, notamment en termes de défaillances ».

Un constat par exemple relevé par Bouygues Immobilier. « Au-delà du suivi de la santé financière de nos partenaires commerciaux, les solutions innovantes d’analyse du risque développées par notre partenaire Infolegale nous permettent également d’anticiper au mieux les impacts de la crise actuelle », témoigne ainsi Ludovic Nicolle, directeur de la Trésorerie et des Financements bancaires chez Bouygues Immobilier.

À noter également que, grâce aux développements d’API, les bases de données de ces prestataires de l’information s’interfacent de plus en plus avec les systèmes d’information des entreprises ou avec celles d’autres prestataires de la gestion du poste clients, tels que les assureurs-crédit ou les sociétés de recouvrement de créances, contribuant, in fine, à un meilleur pilotage des risques d’impayés.

Des indicateurs de performance plus lisibles

Enfin, pour anticiper et faciliter la prise de décision, les indicateurs de performance sont indispensables et doivent apporter du concret. Ce qui signifie, pour la fonction finance, l’obtention d’analyses de rentabilité précises, rapides, et flexibles. La mise à disposition de données pertinentes, de qualité et qui ont du sens pour mieux anticiper et faciliter la prise de décision, représente toujours un enjeu de taille pour la direction financière. Une démarche d’autant plus complexe à mener dans un environnement économique tendu et changeant, tel que celui que nous traversons depuis le début de la crise du Covid-19.

Pour une meilleure compréhension des données, les directions financières pourront s’appuyer notamment sur des technologies de datavisualisation et des dashboards, ces tableaux de bord qui permettent de visualiser un ensemble de données en un coup d’oeil. Les éléments sont remontés depuis différents outils (CRM, outils de web analytics…) et mis en parallèle (les dashboards peuvent être fonction des thématiques et périodes étudiées). Ces technologies permettent d’analyser et de présenter les données traitées de manière interactive et attractive, et d’améliorer la visibilité des équipes financières sur les risques, mais également sur l’ensemble des activités dont elles ont la charge.

Ces technologies permettent d’analyser et de présenter les données traitées de manière interactive et attractive, et d’améliorer la visibilité des équipes financières sur les risques, mais également sur l’ensemble des activités dont elles ont la charge. « Nos dashboards offrent aux credit managers une visibilité optimale par exemple sur l’évolution des délais de paiements par client, zones géographiques ou pays, poursuit Emmanuel Olivier. Le credit manager peut, en conséquence, décider d’une modification des stratégies de crédit client. Il améliore ainsi le pilotage de son risque client ».

Bien plus qu’une évidence, la digitalisation des processus de la fonction finance, portée par les promesses des nouvelles technologies, devient donc ainsi peu à peu une réalité.

Avatar

Anne Del Pozo collabore depuis près de 20 ans à différents magazines en qualité de journaliste. Elle y traite de sujets articulés essentiellement autour de la finance, des flottes automobiles, du voyage et du tourisme d'affaires ou encore des ressources humaines et du numérique. Anne del Pozo participe également à la rédaction de nombreux témoignages clients et de newsletters d'entreprise.